Bon niveau requis, inspiré de Reborn.
 

Partagez | 





 

 Der perfekte Traum || Galerie d'histoires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


|| Je t'observe ʕ •ᴥ•ʔ
■ Messages : 715
■ Date d'inscription : 04/07/2011
■ Age : 19
■ Localisation : Dans les fesses de Théodore.

▬ RANKING BOOK
► Flamme: Tempête
► Arme(s): Cannifs pliables
► Boite Animale: Un ours bruns

MessageSujet: Der perfekte Traum || Galerie d'histoires   Ven 16 Mar - 9:17



Une grande description ? Jamais. Quelques mots uniquement suffiront : ici, c'est un topic comme les autres, où tout peut se produire. Un tel peut mourir, un autre peut manger une banane, n'importe quoi peut se dérouler. Et tout ça grâce à des mots.
On peut rendre des gens malades avec des mots, les blesser ou les faire sourire. On peut tout faire avec une plume et un son. Et le plus merveilleux dans tout ça, c'est que n'importe qui peut le faire. Aussi bien vous que moi.
Oui, ce topic est là uniquement pour des mots, des phrases, des textes. Rien d'important, loin de là, juste un moyen de se sentir bien, ou mieux. De vider son sac à travers ses écrits, ses idées, ses rêves. Et parfois l'occasion de retrouver des personnes qui nous sont chers sans pour autant qu'elles ne soient là.

En faites, ce n'est que le petit monde d'une adolescente qui va sur ses quatorze ans. Un monde avec des fautes et des rêves farfelus; ceci n'est pas la Boîte de Pandore, loin de là. Sachez qu'ici, la perfection ne sera pas atteinte, et ça ne sera sûrement jamais le cas. Des fautes horribles traineront par ci et par là, mais si j'écris ce n'est pas pour me sentir obligé de partir à la chasse, juste parce que j'en ressens le besoin, comme n'importe qui peut le ressentir.

Ici, vous n'avez qu'à dire M.N. pour me parler, huhu.



_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Gentil Théodore, mignon Théodore.:3

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Parce que Mapa et moi, c'est une grande histoire.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le ménage à cinq, c'est beau, c'est classe.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Car super L c'est plus que fort, c'est trop fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


|| Je t'observe ʕ •ᴥ•ʔ
■ Messages : 715
■ Date d'inscription : 04/07/2011
■ Age : 19
■ Localisation : Dans les fesses de Théodore.

▬ RANKING BOOK
► Flamme: Tempête
► Arme(s): Cannifs pliables
► Boite Animale: Un ours bruns

MessageSujet: Re: Der perfekte Traum || Galerie d'histoires   Dim 18 Mar - 4:06

Les raisons d'existences de cette fic ? Parce que j'en avais envie et que de toute façon j'ai le droit. ♥/PAN/ Non, enfaite ce théme m'inspirait depuis que j'ai regardé avec mapa un documentaire sur le Mystère de la Bête du Gévaudan. Je me suis dis que ça devait-être sympa d'écrire dessus et j'ai fais. ♥

La Bête
Elle rode toujours, personne ne le sait.


La Bête rodait. Ce n'était ni la dernière, ni la première fois que cela se produisait. Elle était là, toujours, ne quittant pas ses proies de vue. C'était un monstre, un chasseur né et tout le monde le savait : mais personne ne savait qui était vraiment la Bête. Un monstre, un loup, un homme, le Diable ... Ou bien pire encore. Les hypothèses affluaient de tous les coins, nul ne savait où se trouvait la vérité dans toutes ces paroles.

La Bête rodait. Cela faisait pas mal de temps que c'était le cas et que Jeanne Boulet était morte égorgé par la Bête. Oui, Jeanne était morte le 30 juin 1762, cette fille n'avait que quatorze ans et elle est morte assassiné par cette chose dont personne ne connaissait l'identité. Et la peur régnait de plus en plus chaque jour.

La Bête rodait. Étienne Lafont le savait, c'était un fait qu'il ne pouvait nier tellement il était évident. Il n'avait pas décidé de mentir, il savait que les habitants du Vivarais et du Gévaudan devait savoir ce qui se passait près de chez eux, Étienne savait que ces paysans devaient se protéger pour survivre à un potentiel malheur que cette Bête créerait. Alors Étienne décida de mettre au courant les gens qu'il voyait, il voulut les protéger. Et pourtant, ce ne fut pas suffisant. Il avait beau chasser avec les habitants, la Bête échappait toujours. Et puis François Antoine, l'arque-buse du Roi, arriva, il fut mit au courant qu'un gros loup avait était vu dans les environs, qu'il se pouvait que ce soit cette Bête. François y alla. Il tire un coup, le « loup » tombe pour ensuite se relever, la chose attaque ensuite Antoine qui se fait défendre par le garde Rinchard qui tire un coup de fusil qui abat la Bête. Ils abattirent ainsi un loup de taille immense devant peser près de 130 livres. La joie et le soulagement s'en suivi, ils avaient tué la Bête et le Roi allait donner la somme promise si c'était bel et bien la Bête. L'évêque de Mende n'écrivit pas que c'était la Bête, mais qu'il était possible que ce soit le cas.

La Bête ne rodait plus. La joie réapparut sur les visages mornes des habitants, chassant ainsi la peur qui vivait chez eux. Ils y crurent, pour eux, ce monstre était mort, plus jamais les enfants et les femmes ne se feraient tuer par une telle chose. Les morts étaient morts, certes, mais les vivants ne mourraient pas en allant promener leurs troupeaux. Ce jour-là fut un jour de joie, comme ceux qui s'en suivirent. Et pourtant, les plus suspicieux se doutait que ce n'était pas le cas. Une Bête factice, voilà ce que pour eux, était la créature morte il y a peu.

Rose Dupres faisait partie de ces gens. Elle savait que cette Bête n'était pas vraie, ou du moins, le pensait, mais espérait que ce soit l'originale. Cette nuit, elle ne dormit pas, aussi bien à cause de la peur de se faire dévorer que celle de se rendre compte qu'un de ses amis ne se réveilleraient plus. Elle ne ferma pas les paupières de la nuit, regardant par la fenêtre les ombres dans la forêt. Croyant parfois que la Bête allait sortir de la forêt, ne sachant pas comment réagir. Elle mourrait de peur et se sentait honteuse d'avoir tant de doute envers la mort de cette bête. Alors elle se tut. Elle ne dit rien à ce sujet pendant des jours et des jours, des semaines et bien plus encore.

Et la fin novembre arriva à grands pas. Tout le monde se disait que cette Bête était véritablement morte, alors on décida d'oublier ce passage mortuaire pour le Gévaudan et le Vivarais. Tous permettait à nouveau que leurs enfants sortent promener le troupeau, que leurs femmes restent seule ainsi que les promenades.

Rose avait perdue toute peur, cette jeune fille de seize ans osait à nouveau sortir les vaches de l'enclos et les accompagnaient dans les collines qui jonchaient ce magnifique paysage. Les loups étaient presque tous morts, alors la Bête ne reviendrait plus, ce n'était qu'un gros loup après tout ... Enfin, c'est ce qu'ils crurent tous : sans exception. Alors quand la jeune Dupres sorti de son village pour aller voir ses vaches et remplacer son père, elle sourit aux enfants qui chantaient tout en tournant autour du puis qui était au centre du village. « La Bête est morte, les mères et les amis sont vivants ! » disaient-ils en rigolant.

Rose n'était qu'une jeune fille comme les autres, des cheveux bruns et des yeux châtains, mêlant la malice avec l'intrigue qui faisait vivre cette paysanne. Elle n'était qu'une simple personne comme les autres, alors elle faisait les mêmes tâches que les autres : c'est pour ça qu'elle se dirigeait vers les prairies. Peut-être que si elle avait mieux vécu et qu'elle était née dans une famille un peu plus riche tel qu'une de forgeron ou autre, elle n'aurait pas était obligé d'aller en dehors du village après une telle catastrophe. Mais ce n'était pas le cas, alors elle y alla.

Elle marcha pendant une bonne dizaine de minutes sans que rien ne se passe et puis elle entendit les cloches des vaches, lui disant qu'elle était presque arrivée. Rose s'était donc mise à courir en direction d'où venait le bruit. Elle y arriva. Les vaches étaient là, mais ce n'était pas le cas de son père. La bergère s'était alors dit qu'elle devait l'avoir croisée sans s'en rendre compte, alors elle s'assit sur la pierre où reposait encore le bout de tissu sur lequel son père s'était assis pour éviter de ne mourir de froid.

Elle sourit, son père avait encore pensé à elle, s'était une preuve qu'il était parti il y a peu et qu'elle n'avait pas à s'inquiéter, que rien de grave ne lui était arrivé. Rose aurait peut-être du s'inquiéter un peu plus, mais pour elle, son paternel était rentré alors tout allait bien, et puis elle n'avait rien à craindre, elle connaissait la forêt comme sa poche. Et pourtant, quelqu'un la connaissait encore mieux qu'elle.

La Bête rodait de nouveau et personne ne le savait. La première n'était peut-être pas la vraie, mais en tout cas, la deuxième n'était pas non plus la fausse, les deux pouvaient très bien être les vraies, expliquant ainsi la vitesse de mouvement de la créature. Mais à quoi bon ? Pour ce peuple de France, la Bête était morte, les journaux n'en parlaient plus : la vie avait reprit son court normal et personne n'oserait dire qu'elle n'était pas morte, le dernier fou ayant voulu essayer s'était fait pendre et traiter de « Sorcier », on avait dit que si la Bête n'était pas morte, alors il savait où elle était : le vieux n'avait su que répondre alors une personne influente du village avait crié haut et fort « Qu'on le pende ! C'est un allié du Malin ! ». Alors personne n'osait dire quoi que ce soit sur la Bête. Cette chose se devait d'être morte.

Rose ne le savait pas. Elle ne le saurait peut-être jamais ou elle l'oublierait presque aussitôt. Elle ne se doutait plus une seconde de la mort de ce monstre et pourtant, elle avait était de tout coeur avec ce vieillard qui était mort pendu par son village. Mais elle n'avait rien dit, strictement rien. Les sorciers mourraient pendus, les sorcières pouvaient mourir brûlaient : les amis des sorciers étaient des sorcières ou des démons. Voilà ce qui avait retenu la brune : la peur d'être vue comme une amie du Diable.

Et la Bête l'observait. Cette chose se mouvait dans la forêt qui se situait de l'autre côté du sentier, elle observait les vaches … Et puis la fille Dupres. Ce monstre avait choisi sa proie, néanmoins, son regard sur le bétail en avait fait « meugler » une ce qui provoqua une réaction en chaîne. Bientôt, le troupeau était tous entrain de meugler et Rose ne savait que faire pour changer ça, ne connaissant pas la cause de cette soudaine panique dans le bétail familial. Et pourtant elle essaya de les calmer.

Mais rien n'y fit. Les mères protégeaient leurs veaux de ce danger qui rodait autour : lors de cet acte, on aurait presque cru voir des êtres humains à la place de ces quadrupèdes. Rose ne savait plus quoi penser, ça n'était encore jamais arrivé, elle ne connaissait pas la façon dont elle devait réagir. Elle chercha des yeux la cause de cette agitation, regardant dans tous les coins, laissant des regards vifs de tous les côtés : elle finit par la voir. Entre les arbres, une forme sombre se mouvait trop rapidement pour qu'elle reconnaisse ce que c'était. Alors elle paniqua. Elle se mise à trembler, perdre toute sa lucidité et ne put retenir sa respiration accablante. Au fond d'elle, Rosa savait ce qu'était cette ombre. Elle pria le seigneur de la protéger, espérant que ça soit suffisant contre la Bête. Et puis elle se dit une chose : le peuple avait tort et même si elle survivait, personne ne voudrait la croire. Alors elle finirait brûler au bûcher en étant traitée de « Sorcière ».

A ce moment précis, elle aurait désiré être une Sorcière, car au moins, la Bête ne l'aurait pas approché. Hélas, ce n'était pas le cas, la forme sombre venait de sortir de la lisière du Bois et lui sauter sauvagement dessus. Rose aurait pu s'éloigner dès qu'elle l'avait vu : elle ne l'avait pas fait et l'avait regretté au moment même où les puissantes canines du monstre s'enfonçaient dans son bras qu'elle avait mis devant elle pour se protéger. Ses regrets, elle les hurla aussi fort qu'elle le put, espérant que quelqu'un entende ses appels au secours criaient avec sa douleur et ses pleurs. Et pourtant, au fond d'elle, il n'y croyait pas.

Dans un instant de folie, Rose tâtonnait avec son bras libre le sol à la recherche de son bâton de berger, se disant qu'elle pourrait peut-être survivre à la créature si elle lui crevait les yeux avec. Au moment où elle le sentit enfin, la chose lui enfonça ses griffes des pattes arrières dans la jambe droite, tentant ainsi d'immobiliser sa victime qui se débattait tant.

    « Seigneur … Aidez moi … » avait-elle murmuré entre deux sanglots


Bien sûr, personne ne l'aida, elle, la pauvre bergère qui n'avait même pas la force de brandir son bâton pour se défendre d'une créature qui ravageait les terres d'une région toute entière depuis des mois et des mois. Elle n'y croyait plus, avait oublié son désir de vivre. Elle désirait seulement que cette douleur croisée avec la sensation chaude du sang qui coulait le long de ses membres blessés s'arrête.

Et le bruit des sabots se rapprochant se fit entendre. Elle regarda le sentier d'un regard vitreux, pensant qu'une cavalerie ou autre était entrain d'arriver, mais rien. Alors elle crut qu'elle était devenue folle, mais elle ne pensa que pendant quelques instants, car juste après, les cornes d'un de ces bétails venait de donner un violent coup à la Bête qui appuya encore plus son poids contre la victime avant d'essayer de repousser l'animal. Ce dernier ne désirait pas abandonné, mais plus il essayait de défendre la bergère et plus les coups de la créature se faisaient violents et plus la pauvre Rose se mourrait de douleur sous le monstre.

Alors le bœuf ne put plus rien faire. La Bête venait de gagner. Il planta ses crocs dans la poitrine de Rose Dupres, lui volant ainsi ses derniers visions du monde, et il continua en plantant sa patte avant dans la tête de la brune, la rendant ainsi méconnaissable.

Rose Dupres était morte avec une sensation de douleur qu'elle n'avait jamais ressenti. Cette demoiselle n'avait jamais désiré mourir d'une telle façon et sa dernière pensée n'avait été qu'un labyrinthe de songes douloureux. La Bête n'en avait aucune idée, elle venait de se rassasier et avait tué une adolescente qui ne deviendrait jamais femme. Elle aurait pu continuer à la vider en la dévorant, mais les bruits de pas sur le sentier lui firent comprendre qu'il était temps pour elle de partir. Alors la Bête disparut dans la forêt avant que les hommes n’arrivèrent et ne découvrent le corps sans vie d'une bergère dont on n'arrivait pas à voir le visage.

Tous comprirent. La Bête rodait de nouveau, mais personne ne l'avouerait d'aussitôt. Alors ce crime fut placé sur le dos d'un loup comme les autres : mais la Bête ne fut pas mentionnée. Pourtant, son retour avait bien était avoué à ces chasseurs qui avaient retrouvé le corps de la jeune Dupres que ses parents avaient reconnu. Dans ce village, la nuit fut la plus longue nuit que les habitants n'avaient pas vécu depuis longtemps : la peur régnait. La plupart avait compris que ce vieillard avait eu raison, la Bête était encore bien vivante et elle n'était pas prête de mourir.

Malgré que quelques jours plus tard, tout le Gévaudan fut au courant que la Bête était de retour, personne n'avoua que Rose était morte à cause d'elle. Ainsi, les habitants se disaient que leurs villages n'étaient pas désignés comme « Le retour de la Bête » qui ne fut tué que bien des années plus tard. Mais personne ne sait qui elle était vraiment. La Bête était encore vivante à travers son mystère, mais ses crimes étaient morts en même temps que son soit disant corps.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Gentil Théodore, mignon Théodore.:3

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Parce que Mapa et moi, c'est une grande histoire.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le ménage à cinq, c'est beau, c'est classe.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Car super L c'est plus que fort, c'est trop fort.


Dernière édition par Liberta Midnight le Lun 19 Mar - 1:17, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Der perfekte Traum || Galerie d'histoires   Dim 18 Mar - 4:21

Preum's !

Aaaah ! La Bête du Guévaudan, un mystère qui offre toujours à satisfaire pour nous autre, fan des mystères de l'Histoire. Même si personnellement, je ne me serais pas lancé dans une tache aussi périlleuse que celle de l'Histoire de cette Bête dont on ne sait pas grand chose finalement … Han mon dieu on dirait une phrase de Stephane Berg … Enfin bref.

J'ai beaucoup aimé ton histoire, voire même Histoire avec un grand h car tu écris un moment de notre histoire. Mais je suis peut être un peu frustré. Ça se voit que tu as fait beaucoup de recherches et je ne peux que t'en féliciter – c'est jamais facile d'ouvrir un livre d'histoire pour connaître les faits exacts des choses. Mais l'histoire est un peu, comment dire … en manque de narration. J'aurai peut être attendu plus de détail sur Rose, que tu te plonges plus dans le personnage … Même si je dois avoué que j'ai beaucoup aimé ses réactions vis à vis de la Bête. Et aussi avec les sorciers et sorcières, du peu que je me souvienne du documentaire – il était tard quand même – on ne brûlait plus les sorciers et sorcières à ce moment là, mais on les craignait. Mais ça je ne suis pas sure du tout.

Tu as un très bon style, peut être un peu trop léger, mais ça c'est le style à chacun. J'ai pris du plaisir à te lire, déjà parce que c'était intéressant et ensuite parce qu'on voit que tu y as mis du cœur à l'ouvrage. Dans un sens, c'est un peu comme le film Titanic, tu racontes à travers une fiction des faits qui se sont réellement passé, et c'est un type de fiction que j'apprécie tout particulièrement.

Comme tu t'en doute, j'attends avec impatience les prochaines fics que je lirai avec sans nulle doute un grand plaisir, quelles soit historique ou non.

Et non, je ne vais pas signer par mes noms de rp.


Lily S. ║ MLily
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Der perfekte Traum || Galerie d'histoires   Lun 19 Mar - 19:22

Puisque tu m'as supplié -j'aurais bien voulu dire à genoux- pour que je commente, je commente,e t je prends le risque de louper ma première heure de cours ! 8D -Ah, qu'est-ce que je ferais pas pour toi ~-
Très franchement, j'aime beaucoup ton style d'écriture, c'est fluide et net. Mais si je peux me permettre, je pense, un peu comme Axel, qu'il manque quelques détails, aussi petits soient-ils, qui pourraient donner quelque chose de plus au récit.
M'enfin, j'aime pas faire des critiques, parce que moi même j'écris pas bien, donc bon.
Continue à écrire, Tata, continue \o/
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Der perfekte Traum || Galerie d'histoires   

Revenir en haut Aller en bas
 

Der perfekte Traum || Galerie d'histoires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (Galerie Amon Barad) Osgiliath // Mordor
» [Galerie] Smaug.
» Galerie de Cam'
» [galerie]galerie de lorne
» Histoires cochonnes ..(pour lecteur averti)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reborn Origins :: ► Détente :: ● Coin des Artistes-