Bon niveau requis, inspiré de Reborn.
 

Partagez | 






 

 Appèle-moi maître ! [Pv Ash]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Invité

Invité

MessageSujet: Appèle-moi maître ! [Pv Ash]   Mar 10 Avr - 6:40

C'était une matinée splendide de … non, nous n'avons pas besoin de définir de date précise. Pourquoi ? Eh bien parce que toutes, absolument toutes les journées de Lara étaient splendides. Sa simple existence rendait celle des autres fantastiquement plus belle. Elle était celle que tous devait aimer, même le soleil ! Et le monde devait s'agenouiller à ses pieds pour implorer son pardon, ainsi, dans son indulgence extrême, elle ne les châtierai qu'en partis. Les gens bons seraient ses serviteurs et l'appelleraient tous maître en rampant alors que les mauvais seraient exilés très loin pour qu'elle ne revoit plus leur abominable tête. Mais en réfléchissant ainsi, il risquerai d'y avoir beaucoup plus de mondes loin d'elle qu'à ses pieds, et ça aurait été très embêtant pour la brune parce que tout le monde devait l'aimer sans exceptions.

Tout en réfléchissant à cette situation et aux conséquences que pourraient entraîner le départ d'un trop grand nombre de personnes loin de chez elle et donc la chute de son empire totalitaire et de sa si grande personne, Lara se baladait à travers les rues plutôt vides par cette chaleur. Elle avait lâchement fuit le manoir après qu'on lui ait annoncé qu'elle devait rendre un rapport pour le lendemain au parrain des Vongolas. Non pas qu'elle n'avait pas envie de le faire, mais elle avait juste le trop grand désir de l'embêter, un peu, pas trop, juste pour qu'il s'habitue à son caractère. C'était un peu sa façon de lui forger sa réputation. Rendez-vous compte, tout de même, s'il avait au moins le mérite de réussir à tenir tête au Parrain des Bovinos, peut être qu'il remonterait dans l'estime des autres.

Mais Lara n'était pas sotte. De toute façon, les Bovinos avaient toujours été considérés comme du « menu-fretin » et bien qu'elle ne supportait pas cette idée, elle était obligée d'accepter les remarques désobligeantes des autres à propos de sa famille. Alors, à part pour ceux qui la supportaient et qui savaient de quoi Sawada parlait, personne ne trouverait d’intérêt à pouvoir tenir tête à leur Boss sans que ses imbécillités n'aient d'impact sur soi. C'est pour ça qu'elle voulait à tout prix qu'on reconnaisse enfin que les Bovinos n'étaient pas des imbéciles. Ça en revenait à son sujet initiale : elle voulait qu'on l'aime pour ce qu'elle était. Elle voulait que tout le monde l'aime. Mais c'était pas facile quand on avait un tempérament comme le siens.

Lara s'arrêta devant une petite épicerie au quoi de la rue, elle y entra et en ressortie avec un sachet de pommes rouges. Elle en prit une au hasard et croqua à pleine dents dans la chaire juteuse et sucrée à souhait. Elle continua sa petite balade en ville l'esprit plus léger qu'avant, comme si le simple fait de manger une pomme la rendait plus joyeuse. S'étant encore débarrassée de ses gardes du corps par un moyen étrange mais convaincant, elle pouvait se permettre de se balader où elle le voulait sans aucune contrainte. Elle suivit ainsi la route principale avant de tourner dans une rue perpendiculaire pour arriver juste en face d'un canal d'eau, elle le longea jusqu'à arriver devant un grillage.

Lara regarda ce mur de fil de fer un instant avant de soupirer bruyamment, bien qu'elle était amusée par cette situation. Un peu d'exercice ne lui ferait pas de mal. Elle jeta d'abord le sac remplit de pommes de l'autre côté, en prenant soin à ce qu'elles ne se renversent pas par terre, avant de s'agripper fermement au grillage. Elle avait l'impression de redevenir la gamine espiègle qu'elle était plus jeune. Celle qui passait son temps à courir dans le village en effrayant les autres enfants. Mais cette époque ne lui manquait aucunement, et elle ne regrettait absolument pas sa vie d'antan. Elle n'aurait probablement pas aimé finir dans ce village miteux jusqu'à la fin de ses jours et était bien contente que ces mafieux bizarres soient venus la chercher, à l'époque.

Lorsqu'elle fut de l'autre côté, elle se laissa tomber avec légèreté au sol. Non, elle n'avait pas de petites ailes de plumes pour la soutenir, c'est faux, je vous interdit de traiter Lara d'ange, sacrilège ! Elle ramassa le sac en plastique et repartit en sautillant le long du canal. Elle ne savait pas ou elle allait, mais elle avait la nette impression d'avoir atterrie dans une sorte de parc, voir même dans un parcours de santé, mais ça ne l’intéressait guère de toute façon. Elle marcha encore longtemps sans savoir où elle allait. Elle trouvait juste cette petite balade extrêmement reposante, loin du QG et de toute son agitation pour la retrouver. Pour qu'elle signe enfin tous ces foutus papiers qu'elle ne lisait parfois même pas tellement elle trouvait ça ennuyant.

Lara aimait se sentir libre et sans chaînes pour la garder prisonnière et même si le manoir n'avait rien d'une prison, ça s'en rapprochait presque. C'est pour ça qu'elle aimait en sortir régulièrement, pour voir du monde, sinon elle allait devenir folle à force de rester assise à un bureau ! Tout en retournant encore une fois toutes ses pensées dans sa tête, elle fut surprise de voir une embarcation sur le canal. Et pas des moindres. Un grand navire aux allures de navire de collection qui aurait impressionné n'importe qui par sa splendeur. A peine l'eut-elle vu que la brune eut sa petite idée sur le propriétaire de ce très bel engin. Elle s'en approcha à pas feutrés, un anaconda agressif aurait très bien pu sortir de nulle part pour la chasser de ce lieu saint si elle ne se trompait pas sur la personne.

Le bateau semblait être accosté au rebord du canal, et rien ne bougeait à l'intérieur, d'après ce que pouvait voir Lara. Elle fit le tour de ce qu'elle pouvait atteindre en étant sur le la terre ferme avant de chercher une fenêtre. Victorieuse, elle en découvrit une ouverte, donnant directement sur une pièce … occupée, d'ailleurs. La brune eut la surprise de sa vie. A l'intérieur, assit à un bureau, une tête blonde était penchée sur ce qui devait être des papiers. Du travail. Bon dieu, Ash travaillait ! Lara n'en revenait pas. C'était impossible, elle n'avait pas vu le borgne travailler depuis une éternité, et encore moins si c'était pour Ludlow ! Impossible, ça ne pouvait pas être pour le parrain des Estraneos. Elle reprit le contrôle de ses pensées et après s'être confortablement accoudée à la fenêtre, interpella le jeune homme qui ne semblait pas l'avoir encore vue.

    « Tiens donc, Ash-kun, tu travaille pour cet imbécile de Ludlow, maintenant ? »


Elle croqua à pleine dents dans sa pomme pas encore terminée avant de poser sa tête sur ses bras et de regarder le blond d'un air espiègle. Mais elle se tenait prête, à la moindre apparition d'un serpent, elle sauterait hors de sa portée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Knowledge is my only sentiment.

■ Messages : 90
■ Date d'inscription : 12/12/2011
■ Age : 26
■ Localisation : Somewhere beyond the invisible ~

▬ RANKING BOOK
► Flamme: Nuage
► Arme(s): Sabre du Nuage; Fouet&Revolver
► Boite Animale: Anaconda Noir

MessageSujet: Re: Appèle-moi maître ! [Pv Ash]   Lun 30 Avr - 6:01

&
Spoiler:
 

Il y a des lois universelles que parfois n’importe qui aimerait pouvoir changer, même le plus aigris des hommes. La plus véridique est sans doute celle du temps qui s’écoule et s’allonge inexorablement après la disparition d’un proche, sans que l’on ne puisse rien faire contre ça. Certains appellent ça la fatalité, d’autre l’injustice. Et, contrairement à ce que l’on pourrait penser, Ash Chase se situait bel et bien dans la seconde catégorie précédemment citée. La raison était extrêmement simple. Peut-être même trop. Sa femme, son âme-sœur, Magda, qui lui avait été arrachée sans pitié il y a quelques années de cela – soit a peine une molécule de poussière sur l’espace temps entier- lui manquait atrocement.

Il s’était réveillé ce matin là avec de bien mauvaises pensées. Sa nuit n’avait pas été des plus reposantes étant donné que des cauchemars tous plus variés et détestables les uns que les autres l’avaient sournoisement assaillis durant son sommeil afin de lui faire se souvenir de ce jour maudit, qui aurait dû, selon les dires populaires, être l’un des plus beaux jours de sa vie. Son mariage. Enfin, ce qui aurait dû être une union sacré mais qui se transforma bien vite en un festival mortuaire de bien mauvais gout.

Et Magda, parée de blanc comme une colombe vit son superbe plumage se colorer de rouge, La Faucheuse ne s’était pas faite prié pour venir la chercher, d’ailleurs, si bien qu’elle succomba de sa blessure par balle en quelques heures seulement. Triste constat.
Voici donc la constitution du miasme qui avait rongé le cœur du corsaire en cette nuit sans lune. Et maintenant, pour ne pas s’enfoncer plus profondément dans ce genre de réminiscences indélicates, il fallait qu’il s’occupe l’esprit. Ce n’était plus une option à ce stade mais une réelle nécessité de ne pas céder à une certaine folie dévastatrice. Pour lui, surtout.

Il entra lentement dans la chambre de sa « fille », encore endormie. Prenant le plus grand soin à ne pas faire de bruits qui aurait pu tirer Eve de son sommeil, il prit place un petit moment sur le rebord de son lit, s’y asseyant. Le visage calme et serein de sa protégée e proie aux bras de Morphée eu le mérite de l’apaiser un peu. Toutefois, il savait bien qu’il ne pourrait pas rester indéfiniment ici, et déranger l’espace privée de la fillette plus longtemps était une idée qui l’agaçait plus qu’un peu. Ainsi il était sortit de la pièce et avait commencé une ronde dans les différents endroits de son voilier.

Rien à signaler, tout était en bon état de fonctionnement, même la mécanique, qu’il s’arrêta un instant à décortiquer du regard afin de déceler, peut-être, une déficience qui pourrait lui permettre de tuer le temps. Mais non. Le navire était dans une forme olympique, a l’instar de son propriétaire.

Ses pas inharmonieux le conduisirent jusque dans l’immense salle pourvu d’une immense baie vitrée, offrant une vue sans pareille. Une salle pour de nombreux usages. Souvent, les repas « en famille » se déroulaient ici. Mais c’était là encore une chose à laquelle il ne voulait pas penser. Ses fils n’étaient pas avec lui en ce moment, et ces absences, il n’était pas d’humeur à les supporter, aujourd’hui.

Pivotant, Ash s’extirpa de ce lieu avant de se décider sur une pièce précise ou se poser. Son bureau. Peut-être y trouverait-il quelque chose à faire, qui sait. De toute manière, il possédait de nombreux ouvrages dans lesquels ils pourraient aisément se replonger dans le cas contraire. Cette alternative semblait donc parfaite. Dans un cas comme dans l’autre, il aurait la possibilité de s’occuper. Fort bien, il n’y avait plus qu’a poussé la porte qui le séparait encore de son échappatoire plus ou moins illusoire.

Pénétrant entre les murs de cette salle qui, tout comme les autres pièces du bateau, se trouvait être parfaitement ordonnée et soignée, le Corsaire fixa son regard sur une pile de papier empilée proprement sur son bureau. Un soupir lui échappa malgré sa recherche incessante d’une activité à faire. Il avait presque oublié que Ludlow, celui qui se disait être son « Boss » -qu’elle bonne blague que voici- lui avait fait parvenir une petite somme de travail administratif dont il ne se souvenait plus du contenu exact. Il s’avança vers ledit bureau qui supportait la paperasse, et constata que la date d’échéance de rendu de ce dossier arrivait à grand pas. Bon et bien, bon gré mal gré, il allait s’occuper de ce boulot, pour une fois. Rares étaient les fois ou le pirate avait exécuté une tâche du parrain Estraneo de son plein gré. Sans doute se comptent-elles sur les doigts d’une main, en plus.

Quoi qu’il en fut, voila le blond réellement attablé à remplir minutieusement les papiers qui gisaient devant son regard borgne. Qui l’aurait cru ? Peu de personne, sans doute. C’était un jour bien en dehors du commun des mortels. Sans doute était-ce pour cela que bien des choses incroyables se produisirent d’affilée.

Comme la venue de cette imbécile, par exemple. La Boss Bovino. Dieu, ce qu’Ash aurait soudainement souhaiter être en mer, a ce moment là, histoire de la faire passer par-dessus bord facilement à la première connerie faite. Ce qui n’aurait pas prit, la connaissant, plus d’une dizaine de minutes. Et encore, c’était là un exploit de patiente que de pousser le chronomètre jusqu'à ce point extrême. Car Lara n’a pas de limites lorsqu’il s’agit de trainer dans les pattes d’autrui. Ça, Ash l’avait vérifié par bien de fois, auparavant. Seulement là ce n’était pas le moment de l’enquiquiner ou même de faire trop de bruit, sa fille dormait encore et il ne tenait pas à la réveiller a cause de cette idiote enfantine coincée dans un corps d’adulte.

Oh bien sur, il avait sentit sa présence depuis qu’elle s’était approché de trop près de son bateau, mais n’avait rien fait. Habiter par l’espoir fou que peut-être elle repartirait aussi vite qu’elle était venu, sans s’attarder, le Chase n’avait pas bougé de sa chaise de grande valeur. Et c’est là qu’il se rendit compte qu’il connaissait très mal la Bovino. Car lorsqu’elle a trouvé quelqu’un a qui casser les pieds, elle ne lâche pas le morceau, qu’importe si on la pointe avec un revolver ou autre.

Un soupir silencieux passa la barrière des canines d’Ash alors qu’elle ouvrit la bouche, accoudée à la seule fenêtre de la pièce. L’Estraneo se promit de bien verrouiller chacune des fenêtres de son navire, à l’avenir, ce genre de désagrément lui sera alors épargné.

L’envie de répliquer ne le titilla même pas, il avait du travail et Eve dormait à l’étage donc hors de question de faire trop de bruit. En revanche, il pouvait toujours user de son fouet pour faire sauter le loquet retenant la fenêtre ouverte et laisser s’abattre la vitre en plein sur la face de la brune. Oui ? Tient, voici ce qu’il allait faire. Mais avant, une simple mise en garde, ou rappel, tout dépends de comment on voit la chose :
    « Tu es priée de ne pas continuer les salissures a l’encontre de mon voilier en le touchant. »
Pas un merci ni rien qui aurait pu s’en rapprocher, il s’empara a la place de son fouet, le fut claquer une fois sur le loquet prit pour cible et attendit la réaction, qu’il espérait fuyarde, de l’espagnole. Après tout, une vitre dans la tête, ça ne fait pas du bien, isn’t it ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Appèle-moi maître ! [Pv Ash]   Mar 8 Mai - 21:35

Lara était déçue, vraiment. Elle qui s'était préparée à voir débarquer un serpent affamé, elle n'avait qu'entraperçut la forme, pourtant tout aussi souple, d'un fouet. Elle se serait attendue à mieux venant d'Ash. Mais elle se doutait également que quelque chose n'allait pas. Déjà, il travaillait, pour Ludlow. Chose tout bonnement incroyable quand on savait l'attention que portait le blond à l'égard de son boss. Et le fait que celui-ci soit particulièrement énervant était bien l'un des seuls points sur lequel nos deux jeunes gens étaient d'accord. Non, en fait, ça devait probablement être le seul. Mais là n'était pas le sujet pour le moment.

Car à cet instant, Lara se disait qu'elle allait se mettre au pommochinisme. Oui, le pommochinisme, la religion des pommes. Ses saintes sauveuses de la journée. Son estime pour le gamin à tête de fruit venait de monter d'un cran tandis que celle pour la fenêtre et le fouet du borgne baissait considérablement. Mais pas pour lui, oh non. Elle l'aimait trop pour qu'une simple tentative d'homicide volontaire le fasse se faire haïr par sa personne. En fait, ça en faisait que la rendre encore plus joyeuse. Non seulement parce qu'il lui accordait, même sans l'avoir voulu, son attention, mais aussi parce que sa façon de l'intimider avait lamentablement échouée.

Reprenant son sourire, un instant disparu au profit d'une expression de surprise, elle enleva d'un geste délicat ce qu'il restait des pommes tout en soutenant la fenêtre de sa main libre. Oui, le sabotage improvisé du blond aurait pu marcher. Tout du moins, il aurait complètement séparé Lara de lui à l'aide de la vitre, car elle était assez rapide pour éviter de se la prendre en plein sur al tête, s'il n'y avait pas eu ces divines pommes. Sérieusement, elle les adorait. En fait, ce qu'il s'était passé était très simple : le loquet avait sauté, al fenêtre était retombée, mais pas jusqu'au bout, séparée de quelques centimètres du rebord par ce qu'il restait des fruits, actuellement écrasés par la violence du coup additionnée à la lourdeur de la vitre.

    « Hm, désolée pour ton splendide navire, j'espère qu'il s'en remettra. »


Dans un dernier petit effort, elle repoussa complètement la fenêtre et sans pour autant la lâcher, elle décrocha quelque chose de sa ceinture avec son autre main qu'elle plaça à al place de son bras en tant qu'appuie, le tenant fermement pour éviter à un quelconque fouet de venir le faire tomber : sa canne. Fidèle alliée en toutes circonstances, comme les pommes. D'un geste nonchalant, elle vînt reposer son bras, puis sa tête sur le rebord, la mine boudeuse.

    « Moi qui passait simplement pour te dire bonjour, je ne te savais pas si préoccupé. »


Un fin sourire étira ses lèvres, un sourire qui signifiait clairement : « Tu ne te débarrasseras pas de moi comme ça, surtout maintenant que je sais que tu n'avais vraiment pas envie de me voir, aujourd'hui plus que d'habitude. » ou en traduction plus familière : « Je vais me faire un plaisir de t'emmerder encore longtemps, ne t'inquiètes surtout pas pour ça. » C'est vrai, si on le lui avait demandé, à cet instant précis, Lara aurait admis qu'elle poussait le bouchons très loin. Mais ça ne l'inquiétait pas plus que ça, elle était habituée à toutes sortes de menaces allant du simple avertissement aux fusées incendiaires lorsqu'on ne prenait même pas la peine de la menacer, en fait. Merci Ludy. Et pour conclure, ce n'était jamais ça qui l'arrêtait, ça la rendait même encore plus espiègle.

Et puis Ash. Enfin, c'était Ash quoi ! Le seul type capable de ne pas toujours perdre le contrôle de ses émotions en sa présence. Même s'il arrivait, comme aujourd'hui, mais elle lui pardonnait pour cette fois, que sa patience soit très limitée. C'était bien l'une des personnes qu'elle adorait le plus embêter. C'était un véritable plaisir que de le voir soupirer d'exaspération lorsqu'elle disait n'importe quoi et d'éviter ses coups in extremis quand elle lui sautait dessus.

Et pourtant Lara n'est pas masochiste, elle a juste une façon bien à elle de voir le monde et de s'amuser. Voilà, pour elle, ce n'était qu'un passe-temps comme un autre. Le blond était en quelque sorte une merveilleuse source de divertissement, un miraculeux remède contre l'ennuie. Et temps pis pour lui s'il n'aimait pas ça. Après tout, il lui suffirait de se mettre à genoux et de l'appeler « maître » pour que la brune arrête ses bêtises, mais c'était, bien sur, trop demandé à monsieur.

Soudain, une idée traversa l'esprit de Lara. Peut être bien l'idée la plus idiote du monde. La plus mal venue, aussi. Mais une idée qui venait d'éclairer son esprit par sa bêtise. A nouveau, un sourire ne put que s'afficher sur son visage. Mais il était cette fois beaucoup plus malicieux, et ça ne présageait rien de bon. A croire que les idées de la brune n'étaient jamais fiables … ce qui n'était pas faux, mais pas exact non plus. Le regard calculateur, elle analysa d'abord la taille de la fenêtre et de son ouverture sur l'extérieur avant de porte son attention sur la solidité et l'équilibre de sa canne.

    « J'espère aussi que ton voilier ne sera pas trop choqué par la violence de mes actes. Sinon, je pourrais toujours lui présenter mes excuses les plus sincères. »


Et sans prévenir, elle se redressa, s'appuya fermement d'un côté à sa canne, de l'autre au rebord de la fenêtre et effectua une pirouette en équilibre sur ses bras, portant à eux seuls le poids de tout son corps, heureusement pas très lourd, pour atterrir dans la pièce où se trouvait le malchanceux Ash. A peine eut-elle posé les pieds au sol que la canne vacilla dangereusement. D'un mouvement souple du poignet, elle al récupéra avant qu'elle ne tombe tout en soutenant la vitre de sa main libre puis de la fermer doucement. La manœuvre entière n'avait pas du prendre plus d'une minute. Il y avait sérieusement du bon à avoir travaillé dans un cirque. Et en tant que trapéziste, Lara avait bien retenu les leçons. Elle se tourna vers le borgne, fière de sa démonstration d'agilité, sourire made in Colgate à l'affiche de son visage.

Mais elle n'était pas non plus idiote. Elle savait qu'il n'apprécierait probablement pas ce petit divertissement et qu'elle courait des risques en agissant ainsi. Bah, peu l'importait pour le moment. Là, elle voulait simplement s'amuser du blond et de son énervement à son égard. Elle avait presque l'impression de sentir la mauvaise humeur qu'il dégageait comme des milliers de petites lames aiguisées qui venaient lui démanger la peau. Oh, oui, elle faisait vraiment tout pour le sortir de ses gongs, et ce qu'elle avait prévu pour al suite était encore plus fourbe que le reste.

    « Tu sais, Ash-kun, si je fais tout ça, c'est parce qu'il faut que je te demande quelque chose d'important ! ♥ »


Elle prit l'air le plus sérieux qu'elle avait dans son répertoire. Mais qu'est-ce qu'elle préparait encore comme connerie pour emmerder ce pauvre gardien du nuage ? Ça se transformait en acharnement. Il fallait s'attendre à tout. Au meilleur comme au pire. Enfin, surtout au pire.

    « Dis, tu voudrais pas m'épouser ? »


Voilà, c'était sorti. Comme un coup de gong. Ça devait probablement être la plus grosse connerie qu'elle n'avait jamais dite jusqu'à ce jour au vu du blanc prolongé et lourd qui s'installa après ses mots. Une atmosphère pleine d'électricité, c'était le cas de le dire. Même si on aurait pu entendre une mouche voler. Mais qu'est-ce qu'il lui était passé par al tête ? Rien, absolument rien,. C'était parti tout seul, elle avait juste fait l'effort d'ouvrir al bouche. Si c'était une blague ? Bah, non, écoutez, Lara envisage sérieusement de vivre avec Ash depuis qu'elle la rencontré, vous en saviez pas ?

Non, non, jamais.

C'était juste une connerie de plus. Elle ne ressentait rien pour lui, et l'inverse était surement vrai aussi. Le jeune homme n'était qu'un pion à utiliser dès qu'on en avait l'occasion. Même si c'était plus dur que pour d'autre, justement, la Bovino adorait ça. Et quand bien même elle l'aurait un jour désiré d'une autre manière que pour l'embêter, de toute façon, ça n'aurait été que se faire des illusions inutiles. Et ce qui était inutile n'avait pas lieu d'être.

C'était juste pour jouer, c'est tout.

Pourquoi ? Mais parce que la réaction du corsaire allait être un pur délice pour la brune. Elle se foutait ouvertement de lui, et elle voulait volontairement en payer le prix. Et puis, comme ça avait presque toujours était comme ça, entre eux, elle en voyait absolument pas où pouvait bien être le problème. Ils passaient généralement leur temps à s'engueuler de façon plus ou moins variées. Aujourd'hui était un jour comme les autres, la règle n'avait pas changée, pas encore. Et qui sait ? Peut-être que ses paroles allaient avoir plus d'impact qu'elle ne l'aurait cru.

Ahah, la bonne blague. Ça s'annonçait juste superbement passionnant. Ash était tellement intéressant à embêter ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Knowledge is my only sentiment.

■ Messages : 90
■ Date d'inscription : 12/12/2011
■ Age : 26
■ Localisation : Somewhere beyond the invisible ~

▬ RANKING BOOK
► Flamme: Nuage
► Arme(s): Sabre du Nuage; Fouet&Revolver
► Boite Animale: Anaconda Noir

MessageSujet: Re: Appèle-moi maître ! [Pv Ash]   Jeu 28 Juin - 23:35

Dés le départ, la journée s’était annoncée comme longue et interminable. Ca, Ash l’avait su dés lors que ses paupières s’étaient ouvertes. Il y avait cette sensation, désagréable et lancinante qui, au sein de sa poitrine, ne paraissait pas vouloir le laisser en paix, lui et sa précieuse douleur éteinte. Les souvenirs sont encore les armes les plus blessantes et efficaces contre la majorité de la population, et, malheureusement pour Ash, si d’apparence il restait une personne détachée de l’ensemble de ses congénères, en son âme et conscience, il restait la proie vulnérable des réminiscences de son esprit trop sombre pour être compris de tous. Comme a chaque fois qu’il repensait a son passé, et en particulier a sa défunte épouse, il agissait comme s’il trainait un boulet a sa cheville. Pas vraiment conscient, mais pas vraiment absent non plus. Un être à part en tiers, en marge d’absolument tout ce qui pouvait bien l’entourer. Un cauchemar pour lui qui a en horreur le simple fait de perdre le contrôle de son être, que ce soit ou non minime.

Pourtant, en apercevant sa fille dormir paisiblement dans sa chambre, il s’était dit que ce jour aurait peut-être un sens, finalement. A force de reculer et d’avancer sur l’échelle de ses pensées, sans jamais se fixer précisément depuis son réveil, ses faits et gestes paraissaient altérer par tout ce manège sans queue ni tête. Au point qu’il n rechigna même pas a se mettre au travail pour cette chose flasque et insignifiante qui lui servait de Boss. Ou qui était censé s’en rapprocher, plutôt. Mais là n’était pas le moment ou l’endroit pour démarrer un sempiternel débat sans fin. D’une part parce qu’Ash ne s’en sentait clairement pas l’envie ou l’humeur, et d’autre part car un parasite d’un tout autre genre venait de poser ses pieds a l’intérieur de son navire !

Seigneur Dieu, une journée de calme, loin de ce deuxième danger ambulant, était-ce donc trop demandé au tout puissant ? La réponse paraissait déjà contenue dans la question puisque le corsaire ne pouvait même pas essayé d’imaginer ce qui se passait là comme un simple mauvais rêve. L’aura de Lara en elle-même empêchait toute fuite vers d’autres horizons lointains, bien plus agréable a l’œil comme au cœur. Tiens, d’ailleurs il profita qu’une petite parenthèse puisse se dessiner au milieu de se fourmillement d’idées indécises présentes dans sa tête pour décréter que, dés que possible, il lèvera l’ancre. Pour ou ? La destination se fixerait pendant la traversée, d’elle-même. Il n’aimait pas prévoir ses itinéraires à l’ avance, et ce, depuis toujours.

Ne prêtant aucune attention aux paroles de la maudite espagnole – ou du moins essayant tant bien que mal de se concentrer sur cette tâche- le pirate se mit alors à songer a ses deux fils, Maxwell et Cliveland. Ils lui manquaient atrocement, tout les deux. Il avait vraiment envie de les voir. C’était une nécessité.

Mais ce n’était pas le moment approprié pour laisser s’afficher sur son visage toute la déconfiture qui l’habitait. Elle ne devait jamais rien savoir de ses états d’âmes. Jamais. Plutôt mourir par suicide plutôt que ça.

Ce n’était pas vraiment que le Chase était pourvue d’un énorme melon de fierté mal placé, mais il ne voulait surtout pas que qui que ce soit pénètre dans sa sphère interne. Il n’y avait que ses trois enfants pour avoir réussit cet exploit jusque là, et jamais personne d’autre.

Même son couple d’amis calédonien, qu’il appréciait pourtant beaucoup, n’était jamais parvenu à s’aventurer au-delà de ses jeux de masques en tout genre. Et c’était très bien ainsi. Ce n’était donc pas pour que cette chose osant se targuer du titre élégant de « femme » s’amuse à essayer d’y entrer avec autant de facilité que ne le ferait Eve. Hors de question.
En plus, il savait que s’il la laissait faire, même par curiosité, cela déboucherait forcément sur une catastrophe sans nom. Car l’anglo-italien n’était pas dupe. Il avait deviné depuis bien longtemps – sans doute le jour même de leur rencontre pour le moins épique et houleuse- que sous ses airs d’imbécile heureuse terminée aux jus de fruits en tout genre se cachait une toute autre personnalité. Lara avait oublié d’être conne, c’était un fait avéré, malheureusement pour le blond qui l’aurait souhaité si fort en cet instant qu’il s’en serrait facilement provoqué un malaise. Ou presque. Bref.

Il ne s’agissait donc pas la laisser jouer en toute impunité avec ce qui se rapprochait pour lui le plus d’une boîte de Pandore. Sujet clos. Maintenant il devait se remettre dans ses écrits, ses espèces de rapports de mission que Ludlow ne prendra, de toute façon, pas la peine de lire. Ash en était persuadé, il pourrait faire une dissertation sur les vaches mauves d’une célèbres marque de chocolat que le Boss Estraneo ne le remarquerait même pas !... Mais là tout de suite, il ne se sentait pas d’essayer une chose pareil. L’humour- tout du moins ce genre ci- n’avait jamais été sa tasse de thé. Et puis zut, au final ça ne servirait à rien de se forcer à rédiger cette paperasse avec ce moustique à taille humaine dans les parages. Autant essayer de rester en vie avec une plaie béante dans un lieu rempli de requins, se sera plus simple.

L’envie de se carapater d’ici à dos de serpent effleura vaguement l’esprit de l’homme blond, mais il se ravisa bien vite. Tout d’abord parce qu’il y avait sa fille qui dormait toujours ici et il ne pouvait ni ne voulait pour rien au monde la laisser seule ; et ensuite, il était presque certain que ce n’était pas ça qui empêcherait Lara de le harceler en continue. En plus le serpent n’était pas un moyen d’isolement sur. Après tout, comment fermer des portières sur un reptile pour nous isoler de la nuisance ? Ce n’est pas possible. Parce que sur un serpent il n’y a pas de portières, tout simplement.

…C’est a ce moment là qu’Ash se rendit compte que trop fréquenter Lara – ou plutôt trop avoir a la supporter dans son espace vital- commençait a devenir dangereux pour son sens de la raison et de la logique. Il devenait urgent de la faire sortir de sa propriété privée. Dans les plus brefs délais. Soit, immédiatement.

C’est donc parti de cette idée qu’il se leva de son fauteuil, rangea son fouet et croisa ses mains dans son dos pour adopter une allure plus adaptée au contexte. Avec une phrase bien construite, tout aurait pu se terminer là. Sauf que. Lara était un peu comme ces solutions chimiques instables et à ne surtout pas prendre a la légère. Preuve en est de sa soudaine action qui faillit bien tirer un toussotement des plus déconfits au pirate qui se tenait devant elle. Un genou poser a terre, cette écervelée aussi attirante qu’une huître – notez la non recherche littéraire d’Ash a ce moment ci !- venait… de lui demander sa main ?!

A vrai dire, ledit blond était profondément partagé entre l’affligeante et le dégout. Il n’était pas homme a qui il était conseillé de tirer sur cette corde sensible. A chaque fois que ce mot simple, « mariage » était ne serait-ce que prononcé, il revoyait sa femme, Magda.

Une sorte de brûlure le prie au cœur. Puis vint le tour d’un sentiment désagréable que l’on appelé la colère, de s’installer sur le trône de ses ressentit. A proprement parler, il n’était pas vexé. C’était en vérité bien pire que ça. Cette mauvaise blague, cette raillerie dont Lara aurait bien pu se passer l’avait mis dans un tel état de nerf que même la noirceur de la nuit n’aurait pu concurrencer sa haine. Le Chase avait comprit ces quelques paroles comme une insulte pure et simple envers le souvenir de la mère de ses deux fils. Et ça, il ne pouvait le tolérer. C’aurait pu venir de la plus petite fourmi que du plus imposant des Titans, le résultat aurait été le même, à savoir une sanction de la part du corsaire.

Mais il n’était pas fou, et sans cet espace réduit, il n’avait pas son aise pour attaquer ou même se défendre convenablement. Aussi, et pour ne rien perdre de son habituelle attitude presque désinvolte, il ne prit même pas la peine de répondre a la Boss Bovino et… la contourna, tout simplement. Puis, faisant bien attention d’être on ne peut plus silencieux en passant dans le couloir hébergeant la chambre de sa fille adoptive, il grimpa aussi gracieusement qu’un chat les quelques marches de bois présente a l’autre bout dudit couloir, et qui menaient directement vers l’extérieur, sur le pont du navire.

Un coup d’œil a gauche, puis a droite, afin de s’assurer que les environs étaient suffisamment dépeuplés pour mettre en marche son plan, il ôta avec ses dents son gant noir, lequel dissimulait comme toujours son anneau du Nuage Estraneo. Bien que cela le liait directement à Ludlow, chose qu’il exécrait, cette bague avait également une fonction toute autre, celle de se défendre convenablement des envahisseurs. Soit, Lara, dans le cas présent.

Insérant son anneau dans la fente prévu à cet effet sur l’une des faces de sa boîte arme, Ash put obtenir au creux de sa paume les courbes familières de son sabre fin. Rangeant le cube maintenant vide à sa ceinture, il ramena la lame de son arme juste devant ses yeux, créant ainsi un sifflement bien particulier, propre aux escrimeurs de talent.

Enfin, et pour finaliser la théâtralisation de sa provocation, destinée à énerver la Madriguale plus qu’autre chose, il pointa la porte qu’il avait emprunté quelques instants plus tôt de son fleuret. Si elle sortait, elle ne pourrait pas ignorer un tel geste, c’était impossible. Et une ultime phrase vint compléter le tableau.
    « Je te ferais sauter les vertèbres une à une si tu continue ce petit jeu avec moi. »
Clair. Net. Précis. Et voila, il était sur les nerfs, maintenant.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Appèle-moi maître ! [Pv Ash]   Sam 18 Aoû - 21:33



Elle était restée un moment stupéfaite, juste le temps que mit Ash pour sortir de la pièce, et puis elle s'était calmement relevée, avait tranquillement défroissé ses vêtements, et avait regardé autour d'elle comme si elle venait d'arriver. Ce qui n'était pas tout à fais faux. Elle se rendit compte que le bureau du corsaire était plutôt confortable, et elle se dit que vivre ici, malgré le fait que ce soit un bateau, était certainement agréable. Lara leva les bras, s'étira et bailla à s'en décrocher la mâchoire avant de se retourner vers la sortie de la pièce, se demandant bien qu'allait encore inventer le jeune homme pour la faire partir de ce lieu.

Elle prit réellement son temps, regardant autour d'elle comme si elle visitait un musée, prenant soin d'à peine effleurer les murs, comme s'il était dans un temple sacré, cette fois. Elle aperçu quelques portes, mais empêcha sa curiosité de la pousser à l'impardonnable en franchissant leur seuil. Il semblerait qu'elle venait déjà de faire un pas de trop avec la demande en mariage et elle avait pour habitude de tester les limites, pas de les dépasser, même si ça arrivait plus souvent qu'elle ne l'aurait voulu, ces derniers temps. Par instinct, elle se fit donc la plus silencieuse possible et approcha de l'escalier qu'elle monta en quelques pas souples et rapides.

Lara savait pertinemment que cette histoire de mariage ne lui avait pas plu. Comme toutes les imbécilités dont elle était capable, en somme. Elle l'avait prévu. Mais ça l'amusée, c'était un bon divertissement pour cette journée où elle ne faisait rien. Elle voulait surtout voir quelle allait être sa réaction et voir sa tête sur le moment. S'il était resté indifférent, ça l'aurait un peu embêté, elle n'aurait pas vraiment su comment faire pour retomber sur ses pattes, et pour une fois, se serait avouée vaincu. Elle savait que ça l'aurait rendu tellement heureux de voir qu'il venait de lui clouer le bec. Mais elle avait tout de même prévu un échappatoire, au cas ou. Et pourtant, elle n'en avait même pas eu besoin. Elle ne savait pas ce qui lui avait pris, mais en tout cas, elle ne s'attendait pas à ça. A peine avait-elle mit un pied dehors qu'une arme était pointée sur elle en signe de menace immédiate.

    « Je te ferais sauter les vertèbres une à une si tu continue ce petit jeu avec moi. »


Non, elle ne s'attendait pas à une provocation aussi explicite, en duel qui plus ait, telle qu'il venait de le faire. Ca ne lui ressemblait tellement pas. Il y avait quelque chose qui clochait. D'après ce que savait Lara, il aurait simplement dû lui lancer une remarque acerbe avant de l'envoyer se faire voir autre part pour qu'elle arrête de l'ennuyer. Mais là, non. Monsieur était carrément monté sur ses grands chevaux en la menaçant du bout de son épée, et ça ça cachait quelque chose. Alors elle avait bien l'intention de savoir quoi et ce par n'importe quel moyen, parce qu'il le fallait et que cette arme dans sa main ne l'en empêcherait pas. Quand on parlait d'Ash, c'était toujours comme ça. Pauvre de lui, alors qu'il ne voulait justement pas qu'elle lise en lui, il venait de se trahir de la plus belle façon du monde.

Au fond, Lara était un peu comme Ludlow, mais ne lui dites pas, surtout. Pourquoi ? Parce qu'elle adorait savoir ce qui se passait à l'intérieur de gens et qu'elle était capable de tout pour arriver à ses fins. Certes, l'Estraneo n'utilisait pas les mêmes moyens qu'elle, mais au final, ils arrivaient à peu près à la même conclusion. Voilà pourquoi cette après-midi, en voyant que le blond ne réagissait pas comme d'habitude, elle s'était automatiquement jurée de trouver le pourquoi de cette réaction. Elle voulait connaitre ce qu'elle ne connaissait pas encore sur lui. Quitte à remuer le couteau dans une de ses plaies, ça ne lui posait strictement aucun problèmes, tant qu'elle pouvait savoir.

Elle observa avec attention le sabre pointé dans sa direction et esquissa un sourire. Cette petite visite improvisée allait finalement être encore plus drôle qu'elle ne l'aurait cru en arrivant sur le navire. Lara jeta un coup d'oeil désinvolte à droite puis à gauche, pour déceler le maximum de caractéristiques du terrain et essayer de s'y adapter le plus vite possible, puisqu'il semblait qu'elle allait devoir se battre. Après avoir analysé du mieux qu'elle pouvait ce qui l'entourait, elle reprit sa canne, qu'elle avait attaché à sa ceinture avant de rejoindre le borgne sur le pont, et d'une simple pression sur un bouton invisible à l'oeil nu dont l'emplacement n'était connu que d'elle -vive la technologie Bovino !-, elle détacha une fine lame d'acier de son fourreau d'ébène. La canne faisait désormais place à l'arme.

    « Je ne pensais pas en arriver là pour une simple histoire de mariage. Je ne te connaissais pas si susceptible, Ash-kun. » dit-elle tout en replaçant ce qu'il restait du bois de sa canne à sa taille, gardant toujours ce sourire qui ne la caractérisait que trop bien.


Lara prenait vraiment tout son temps, et c'est pour cause, elle n'avait strictement aucune raison d'être pressée. Ash voulait qu'elle soit énervée et réactive, et elle était intriguée et passive, comme si sa vie n'était absolument pas en jeu. Celui qui avait le plus de mal à ce moment, entre eux deux, c'était clairement lui. Elle, elle voulait simplement savoir ce qui l'avait mis dans cet état. C'était d'ailleurs pour ça qu'elle ne s'était pas gênée pour relancer le mot « mariage », qu'elle avait volontairement marqué, car il semblait avoir été la cause de tout ce remue-ménage. Elle se décida à contourner la lame pointée sur elle de trois pas sur la droite, la touchant du bout de la sienne au cas où, sait-on jamais, avec ce corsaire, tout était possible, elle le savait.

Elle croisa son regard et le soutînt, essayant d'y déceler une quelconque émotion. Mais Ash était le roi des masques, alors même si elle en avait fait défaillir un, il lui en restait encore beaucoup dans la poche. Son orbe verte reflétait à la fois de la colère, comme à chaque fois qu'elle se trouvait dans les parages, mais quelque chose s'y était rajouté, elle n'aurait su définir quoi, mais elle avait l'impression de retrouver la lueur de ses propres yeux, des années auparavant. Bien que cette pensée la déstabilisa intérieurement, elle se prit à sourire, songeant qu'il y avait décidément encore beaucoup de chose à découvrir sur le corsaire. Des choses qu'elle allait se faire un plaisir de mettre à découvert. Enfin, encore fallait-il qu'elle y arrive.

Lara se souvînt soudain que, en plus des boites armes et de sa canne qui ne la quittaient jamais mais qui étaient un temps soit peu indiscrets, elle possédait une autre arme dans la poche gauche de son manteau. Sachant qu'elle tenait son épée de la main droite, elle pouvait aisément récupérer l'arme en question si le besoin en était. Ainsi, elle passa furtivement sa main dans la poche en question et sans pour autant l'en sortir, elle prit le petit couteau rétractable qui s'y trouvait et le fit discrètement glisser dans sa manche avant d'enlever sa main. La manipulation n'avait certainement pas pris plus d'une minute et étant donné qu'elle avait continuer de fixer Ash durant tout ce temps, il lui aurait été difficile de le remarquer.

Elle détourna enfin son regard pour le poser sur la lame tout contre la sienne. Il ne fallait pas qu'elle perde de vu le fait que le jeune homme avait décidément envie de la voir à terre, et surement morte. D'ailleurs, cela l'étonna qu'il n'ai encore rien fait pour, enfin, « Patient est celui qui sait attendre. » comme l'aurait si bien dis une petite brune qui ne doit pas vous être tout à fais inconnue, et il n'allait surement pas tarder à bouger. Elle attendit donc avec attention le moindre de ses mouvements pour pouvoir le contrer sans être surprise et plissa les yeux en signe de concentration, chose qu'elle faisait toujours lorsqu'elle se battait.

Mais l'esprit de Lara était embrouillé par beaucoup de questions, certaines probablement plus importantes que d'autres, qu'elle ne pouvait s'empêcher de tourner et retourner dans sa tête. Etait-ce vraiment cette histoire de mariage qui l'avait mit dans cet état, ou autre chose qui lui avait échappé, à elle ? Si c'était le mariage, que lui était-il donc arrivé ? Ash allait-il réellement se battre jusqu'à pouvoir la tuer ? Oh, certes, pour cette question, elle était pratiquement sur que la réponse serait oui. Mais elle était aussi sur qu'il n'arriverait pas jusque là. Elle possédait assez de remparts armés pour se défendre pour ne pas qu'il l'atteigne directement. Non, ce qu'elle voulait vraiment savoir, c'était s'il allait y mettre toute sa force. C'est à dire, s'il était assez énervé pour se battre sérieusement. Car jusque là, chaque altercation qui les opposait s'était conclue par une attaque vicieuse de la boite animal du pirate sans que celui-ci n'ait daigné accorder ne serait-ce qu'un duel à la Bovino. Compréhensible puisqu'il faisait tout pour l'ignorer à chaque rencontre, quoi qu'elle fasse. Ce qu'il n'avait pas fait aujourd'hui. Et elle avait bien l'intention de savoir pourquoi.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Appèle-moi maître ! [Pv Ash]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Appèle-moi maître ! [Pv Ash]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reborn Origins :: ► Lieux Spécifiques :: ● Italie-