Bon niveau requis, inspiré de Reborn.
 

Partagez | 


 

 Le vent souffle sur la crinière du cheval. [PV: Ella W. Carter]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Invité

Invité

MessageSujet: Le vent souffle sur la crinière du cheval. [PV: Ella W. Carter]   Mar 19 Juin - 7:27

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Sortir. C'était l'une des seules choses dont j'avais envie sur le moment. Je n'en pouvais plus d'être dans cette salle enfumé par toutes les cigarettes consommées dans les cendriers de la table de poker. Avec mes hommes, enfin je veux dire ceux de Dino, mon arrière-arrière-arrière... mon fils! Je parais trop vieux en pensant ça! Surtout qu'avec mon apparence actuellement je fais plus grand-frère pour lui que grand-père ou paternel... Je jouais depuis bien cinq heures. Je soupirais, glissant ma main dans mes cheveux et me levant nonchalant de cette foutue chaise qui me donnait un mal de derrière infernal. Je posais ma main droite sur mon rein et tout craqua le long de ma colonne quand je m'étirais discrètement. Enfin discrétion raté avec tout le bruit que je venais de causer malgré le fait qu'un match de football se déroulait dans un écran de télévision. C'était fou comme ce monde était évolué. J'avais cru voir le Diable en personne le première fois que mes subalternes l'avaient allumé. Oui sacré choc pour mon mental, j'avais faillit la faire exploser...
Enfin je quittais cette pièce en leur souhaitant une bonne soirée et laissant ma place chaude à Pico. Je l'aimais bien ce gamin, il était doué aux jeux de cartes. Rien de mieux comme adversaire!
Je montais dans ma chambre tranquillement, une bonne douche me ferait un bien fou, et surtout m'enlèverait cette odeur insupportable qu'était la nicotine. J'aimais fumer, c'était vrai, mais le tabac froid était comme insupportable! Oui je chipote pour peu, mais je déteste ça, alors ne pas me contrarier!
Le corps humide et chaud enroulé à la taille d'une épaisse serviette blanche éponge à température tempéré, je m'avançais vers mon dressing et attendit que ma gouvernante me trouve de quoi sortir pour ce soir. Quelque chose de classe sans être trop remarquable, et qui ne fait pas non plus Jopok ou Yakuza! Quel gout! Je l'adorais cette femme, elle pouvait être vieille et ne pas s'habiller correctement, elle avait l’œil pour vêtir un aussi bel homme que moi, j'étais sans égal aussi! Quoi? C'était tout à fait vrai.

Bref, je me retrouvais très vite dans ma voiture de sport, roulant à toute vitesse vers la ville. Quel couleur? La couleur de ma flamme, tout aussi flamboyante! Que dites vous? Et bien oui, je ne cherche pas à me faire remarquer, qu'est ce qui vous fait penser cela voyons! J'allais dans un parking privé et y sortit calmement. Je portais un jean noir, accompagné d'une chemise blanche d'un grand créateur assez ouverte sur mon torse, un veston à sortit avec mon pantalon et des sandales en cuir. Rien de plus, à part les cheveux légèrement en arrière, une fierté innée collé sur la face et une clope au bec!

Je me baladais calmement dans les rues, une main dans la poche de mon jean. Jamais un sourire échappait à une femme croisant mon regard. Ah celle-ci me plais bien ! Je me posais tranquillement derrière le banc public, m'y appuyant, près d'elle. Une chevelure parfaite, un regard déterminé. J'aimais! Je voulais cette femme ce soir, passer du temps avec une nouvelle connaissance. J'étais trop sociable, mais qu'importe! Qui ne tente rien, n'a rien.

Je me penchais un peu, car je ne voyais que son dos et son profil gauche pour le moment.


-Vous attendez le prince charmant en restant assise sur ce banc public?

Je lui offris le plus beau de mes sourires attendant de découvrir entièrement son visage féminin. Allais-je découvrir quelque chose rien qu'en croisant ses pupilles de couleurs encore inconnues pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Le vent souffle sur la crinière du cheval. [PV: Ella W. Carter]   Jeu 21 Juin - 6:52

Encore une fois j’avais quitté le dernier entrainement très tard. Mes muscles, après une douche brûlante, avaient eu le temps de se remettre correctement de leurs efforts de la journée. J’avais été très exigeante envers mes élèves aujourd’hui, non pas qu’ils n’étaient pas doués bien au contraire mais pour espérer un jour accéder au forces spéciales il faut un entrainement digne des forces spéciales, point. Comme chaque jour mon seul divertissement était d’aller en ville pour trouver un nouvel homme, ce soir je n’en avais pourtant pas envie, je repensais a mon frère malgré les appels réguliers il me manquait mais qu’importe j’étais enfin heureuse et épanouie, la place a laquelle j’avais accédée au sein de la famille était assez privilégiée sans que je ne m’en plaigne. Beaucoup de contraintes mais une sécurité non négligeable derrière, enfin bref. J’étais alors partie en ville, les rues étaient pleines de monde, mais aucun homme n’avait retenu mon attention.

Je m’étais donc décidée à m’asseoir sur un banc dans une rue un peu plus calme et à attendre que mon regard croise celui d’un inconnu. Je n’attendais rien de spécial ce soir juste un homme, avec de la classe et de l’élégance pour ce soir, rien de plus. J’en avais marre de leur blabla habituel, tous les même. Ils essayent tant bien que mal de vous embobiner alors que vous n’en avait rien à faire. Peut-être qu’un jour quelqu’un comprendra que je suis comme ça blasée des relations de couple seulement intéressée par ce qu’ils pourraient m’offrir.

En pleine réflexion, mes sens n’étaient pas des plus ouvert, mais j’avais quand même remarqué cet homme, son odeur m’avais interpellée, il sentait le propre, trop peut être, ça me dérangeais quelque chose clochait, sans doute trop de, comment le décrire, de classe pour trainer dans ces rues, mais classe n’est pas tout a fait le mot qui conviendrais. Comparé a moi, malgré le fait que j’avais troqué mes habituelles basket contre un paire de talons, c’est bien le minimum quand on sort, je trouvais que je détonnais complètement a coté de lui. Mon jean clair et mon blaser rendais ma tenue un peu trop classe un mon gout alors j’avais optée pour un magnifique teeshirt au couleur de ma ville, qui ne ressemblais plus a rien tellement il avait été porté. Mes cheveux qui ondulais légèrement étaient ramenés sur le coté droit grâce a une petite pince.

J’entendais son souffle tout près de moi encore assez éloigné pour que je ne réagisse pas, mais assez proche pour que je le sente contre ma nuque sans que ce soit désagréable. Il me dit en se penchant

-Vous attendez le prince charmant en restant assise sur ce banc public?

-Le prince charmant ?! Sûrement pas ; mais un homme qui veuille bien me tenir compagnie volontiers !


Je lui avais répondu ça sans réfléchir, sans même le regarder dans les yeux, je sortais mon paquet de tabac, mes feuilles et mes filtres de mon sac et tout en roulant détourna mon regard sur lui, vraiment un bel homme cela va sans dire.

-Partant pour un verre bel inconnu, je connais quelque endroits plutôt calés ici.

J’allumais ma clope et me dirigeais vers le bar du coin de rue, celui où les lumières sont tamisées et la musique plutôt bonne, celui où les cocktails sont à tomber.

Revenir en haut Aller en bas
 

Le vent souffle sur la crinière du cheval. [PV: Ella W. Carter]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Maya ~ Le vent souffle où il veut, tu l'entends mais tu ne sais pas d'où il vient ni où il va.
» HAITI SURPRISE !UN AUTRE VENT SOUFFLE SUR LE PAYS !
» Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne
» Le vent souffle la solitude [PV Hayley and Estéban]
» [pv Emma + libre] Il fait beau, il fait chaud, mais le vent souffle.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reborn Origins :: ► Namimori :: ● Rues-